• souveraine bottymqwee reyna hawkins hi-bout-chouette

    Yo !

    Pas grand chose à dire sur ce dessin, pour une fois. Enfin, rien de novateur.

    Ah ! Si ! C'était la première fois depuis... longtemps. Genre, très longtemps, que j'utilisais une référence pour un personnage.

    Mais qu'est-ce donc que cela, me demanderas-tu ?

    À cette question, je vais te répondre : c'est bien simple, mon ami. Une référence est une image, un objet... Bref, un truc réel qui vient de la réalité vraie et qui te sert de référence -d'un genre de modèle, pour dessiner ce que tu veux.
    Comment dire ? Imaginons que tu veuilles dessiner un bon gros dragon. Soit tu es très fort et tu as déjà dessiné des milliers de dragons dans ta vie, donc tu peux y aller sans problème et sans trop réfléchir, soit tu dessines habituellement des pâquerettes et tu douilles. Vient alors la référence.
    Tu vas chercher sur Internet des dragons, tu en trouves et tu te trouves face à un mur : les dragons n'existent pas (si si, je t'assure), donc tu as des dessins. Sauf que tu ne te sens pas de copier bêtement le dessin d'un autre. Tu veux ton dragon ! Pas celui du voisin !
    Vient alors une vraie référence. De la réalité véritable.
    Tu cherches des lézards sur Google.
    Ouais.
    Ce qu'il y a de bien avec le lézard, c'est qu'il ressemble pas mal à l'idée que se font la plupart des gens d'un dragon. Avec les ailes et les flammes en moins.
    Bref. Tu dessines la pose d'un lézard que tu trouves adaptée, tu regardes les caractéristiques de ton lézard, tu compares avec un autre, tu t'y mets. Tu peux même chercher d'autres bestioles dans le genre, comme un caméléon ou un serpent que tu aimes bien. Des dinosaures, ça marche aussi. Même en images de synthèse, ils ont l'air véritables. Pour la plupart.
    Et tu dessines à partir de ça.
    Ensuite, tu auras peut-être besoin d'ailes.
    Pas de problème. Tu répètes l'opération. Tu cherches un truc avec des ailes qui conviendrait. Tu compares avec d'autres trucs. Le dessin, c'est un passe-temps/une passion de gens qui ont du temps à perdre. Et de la patience. Parce qu'un dessin fait en dix minutes ne sera pas aussi bien que le même en une heure.
    Bien sûr, n'oublie pas d'utiliser ta propre créativité. Ce n'est pas parce que le lézard est marron que ton dragon est forcément marron. Et ce n'est pas parce que le lézard n'a pas de crête que ton dragon n'a pas de crête. Fais comme tu le sens. Quoi qu'il arrive, le dessin doit rester un plaisir et non une contrainte pour toi.

    Urf. J'ai beaucoup parlé. Z'avez compris ce qu'est une référence ?

    Dans tous les cas, j'en ai utilisé une pour les vêtements de mon personnage.

    Et comme vous pouvez le voir, une référence n'est pas forcément un copier-collé... Ne l'est pas, tout simplement.


    Ah ! Je change de ton, mais ce personnage aussi fait parti de l'univers de Reyna Hawkins, dont je vous parlais dans la précédente publication. Je vous le redemande, mais cela vous plairait-il que je publie l'histoire ici aussi ?

    Merci d'avoir pris le temps de lire cet article. Au revoir !


    1 commentaire
  • Reyna Hawkins

    Hello !

    Alors, cette fois-ci, beaucoup de choses à dire. Procédons dans l'ordre.

    1. Les couleurs/ombres/lumières/trucs dans le genre

    Fière de moi à ce niveau-là. Je suis vraiment très contente du sens de la complémentarité/tout ça tout ça que je suis en train de développer. Par ailleurs, vous aurez remarqué que je me suis essayée aux "petits points lumineux". Je trouve que ça rend bien, alors je recommencerai.
    Au niveau de l'ombre, j'ai utilisé la même technique que la dernière fois : un nouveau calque avec une seule couleur. À un détail près. Au lieu de gommer les ombres là où il y a de la lumière, j'ai pris une couleur très sombre et ai juste baissé l'opacité de mon calque. Ainsi, je créé des couleurs qui prennent un peu de celles de l'endroit où elles sont, en plus de créer une certaine unité.
    Si vous n'avez pas compris l'histoire de "couleurs qui prennent un peu de celles de l'endroit où elles sont, en plus de créer une certaine unité" (ce que je comprends tout à fait), voici un exemple concret :

    Voici quatre couleurs :

    Reyna Hawkins

     

    J'en recouvre la moitié par une quatrième, que je fais sur un nouveau calque :

    Reyna Hawkins

    Je baisse l'opacité de ce calque... :

    Reyna Hawkins

    Comme vous pouvez le constater, il nous reste un peu du marron de départ, qui s'est "dilué" dans les couleurs en-dessous. Nous avons donc une certaine unité (le marron qui est présent dans chaque couleur), mais aussi des couleurs différentes (aucune des zones d'ombres n'est de la même couleur exactement ; sur le bleu, il y a du bleu, sur le rouge du rouge, etc...)

    Oui, je vous donne des conseils gratos.

    2. Le texte

    Je cherchais un fond, parce que sinon c'est tout moche, quand j'ai repensé au générique de Cowboy-Bebop (bon anime, au passage). Je m'en suis donc largement inspirée :

    Reyna Hawkins

    Merci les mecs.

    Bon. Restait la question de "qu'écrire ?". Ben ouais. Et cette fois-ci, je ne me suis pas cassée la tête et ai simplement utilisé un texte latin sur un générateur de textes. Le mec qui a créé ça est un génie. (bon après, c'est vrai qu'il y a peut-être marqué quelque chose d'obscène et que je ne le sais pas. Je me traduirai ça un jour...) J'ai juste rajouté en gros "REYNA HAWKINS" et c'était bon.

    3. Qui c'est qu'c'est qu'ce personnage ?

    Il s'agit de Reyna Hawkins, le personnage principal de l'histoire du même nom, que je poste sur Fyctia et sur Wattpad. Une rousse aux yeux bleus de seize ans.

    Je crois que c'est l'heure de la pub. u.u Alors allons-y jusqu'au bout. Voici le résumé de l'histoire :

    ""Je suis schizophrène.
    Ouh là ! Je vous sens déjà paniquer ! Éloignez ce bouquin du feu, respirez calmement et continuer votre lecture avant de me classer psychopathe."
    Le karma, c'est des foutaises. Un mot pour faire croire aux gens qu'on obtient rien sans rien et que le malheur n'est pas éternel. Sauf que non. Dans la vie réelle, les pauvres restent pauvres et ceux qui ont déjà tout continuent à s'enrichir. La preuve : en plus d'être schizo, j'ai trouvé la Faille."

    Fiou ! Pub finie ! Bon. J'espère tout de même que ça vous aura donné un minimum envie de me suivre là-bas aussi...

    D'ailleurs, question : cela vous intéresserait-il que je publie cette histoire ici aussi ? Pour info, elle contient actuellement 10 chapitres, pour près de 50 pages et 20 000 mots. Et elle est loin d'être finie.

     

    Voilà, voilà... Je pense avoir tout dit. À bientôt !


    2 commentaires
  • Fille bleue avec ses étoiles

    Yo !

    Aujourd'hui, je vous montre une fille en train de parler à des étoiles.

    Non, ceci n'est pas étrange.

    Je me suis beaucoup amusée à faire la lumière. D'ailleurs, j'ai bien envie de vous montrer mon procédé pour faire les ombres...

    1. Prenez vôtre dessin, avec ses aplats de couleur + ombres "minimes".

    La fille qui parlait aux étoiles

    2. Ajoutez vos ombres sur un nouveau calque, au-dessus. Gommez avec plus ou moins d'intensité les endroits lumineux.

    calque ombres

    (le calque des ombres)

    La fille qui parlait aux étoiles

    (le tout)

    (même moi, je trouve assez incroyable tout le changement que peut donner un simple ombrage, surtout sur ce dessin. Wouh !)

    Votre ombrage est maintenant terminé !

    Pas bien compliqué, mais diablement efficace. Technique à utiliser à l'avenir.

    D'ailleurs, vous l'avez sûrement remarqué, mais mes ombres ne sont que d'une seule couleur, qui n'est pas du noir/gris foncé ; c'est normal. Dans la vraie vie, vous avez rarement des ombres noires. Souvent, il y a une couleur, qu'elle vienne du réfléchissement d'un objet sur nôtre sujet, du sol, de la lumière de la lune, etc. Pour le dessin, je préfère n'utiliser qu'une couleur. C'est surtout une histoire de style. Il y a souvent plus d'une seule couleur selon l'ombre. Faites comme vous le voulez à ce niveau-là.

    Trop de fois le mot "couleur". u.u

    Des conseils ? Des avis ? Je suis preneuse !

    Au revoir, à la prochaine !


    1 commentaire
  • Hello !

    Dessin très, euh... J'hésite entre les mots "brouillon" et "surchargé".

    Je l'aime bien quand même.

    Petite anecdote : j'ai dû me prendre en photo à moitié à poil pour faire la position du personnage. Galère. Non, vous n'aurez pas la photo.

    J'ai vraiment rien à dire... -_-' N'hésitez pas à me donner quelques conseils ou impressions !

    Au revoir !


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires