• Hellow, lutins !

    Un phénomène que j'avais remarqué depuis longtemps a commencé à gentiment me faire ch*er, me fo*tre les boules (et me rendre vulgaire, accessoirement, et seulement pour cet article). Oui, c'est une sorte de rage-post. Oui, vous avez le droit d'aller voir autre part pour retrouver la paix jusque-là présente sur ce blog. Et oui, vous avez le droit d'appuyer mes dires dans les commentaires.

    Commençons.

    Est-ce que vous avez lu ma présentation actuelle ? Peut-être pas. Bwef. J'avais pas la place de l'écrire en entier là-bas, aussi vais-je mettre ici la fin de ce que je voulais dire.

    "Ne t'abonnes pas à moi parce que tu veux juste me faire plaisir, ou bien même parce que tu veux que je m'abonne en retour. Abonnes-toi parce que tu aimes ce que je fais, que tu trouves intéressants mes articles, mes pensées en vrac, mes textes pourris. Et surtout parce que tu le veux.
    Ceci était un message à l'intention de ceux qui me suivent, pour ensuite se désabonner quand ils voient que je ne le fais pas moi aussi. J'ai vu lesquels étaient-ce, j'ai juste le tact de ne pas les nommer.
    Mes articles, faits par moi-même et prenant parfois plusieurs heures à réaliser sont la seule chose que je peux donner en échange de ces clics sur le bouton "suivre" qui, je dois le dire, me touchent beaucoup. Respectez au moins ce travail. Ne jouez pas avec les sentiments des honnêtes gens."

    Oui oui, parce que j'ai bien fait des tests. J'ai vu certaines personnes ne plus me suivre une fois que moi aussi j'ai arrêté de le faire pour eux. (d'ailleurs, ils ne sont pas très malins, puisque s'ils avaient été un poil plus attentifs, ils auraient vu que je tournais au niveau des gens que je suivais, ce qui donnait toujours un schéma dans ce goût-là : .:Lyäna:. → La reine des moutons → Chiki le kiri → d'autres gens mais je ne vais pas tous les citer, un moyen pour moi de leur donner un petit coup de pouce -parce que se faire suivre par moi, ça donne de la popularité, c'est vrai /c'était de l'humour/- tout en gardant ma règle du "je ne suis (du verbe suivre) qu'une personne à la fois")

    Je suis particulièrement désolée pour ces personnes-là, puisque c'est une façon comme une autre de dire qu'elles ne sont pas capables de récupérer des abonnés grâce à la qualité ou même l'intérêt que peuvent susciter leurs articles. Ouais, elles s'auto-déshonorent (je trouve plus le mot pour dire qu'on fait baisser l'image de quelqu'un pour se placer au-dessus... Bwef.)

    Ensuite, étant donné que je connais un gros tiers des personnes que je suis, l'estime que je plaçais en ces personnes en prend un coup.

    Bon. En lisant cet article, ce rage-post, ce défouloir, vous vous dîtes peut-être que je place une grande importance dans le fait d'être suivi par beaucoup de monde. Dans ce cas, je peux vous dire sans problème que c'est faux. Il y a des tonnes de personnes qui font beaucoup mieux que moi et qui sont pourtant méconnues (ou en tout cas plus que moi, ce qui n'est en soi pas bien difficile) et je pourrais en citer pas mal, si j'avais le courage de le faire et si ça avait un lien un peu plus direct avec cet article.

    Bwef. C'est fini, je vous laisse rajouter ce que vous voulez dans les commentaires, me contredire, me soutenir dans mon idée, m'exposer vos points de vue...

    À vos claviers, lutins !


    276 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique